20 décembre 2010

Il a bivouaqué parmi nous

Nous avons été gratifiés pendant tout notre raid goum d’un temps idéal pour la marche et les bivouacs : « Merci Seigneur ! ». Mais au soir du grand rassemblement des 40 ans célébrés sur le Mont Chabrio, le dernier soir pour nous, la pluie nous a rejoints ; nous l’avons accueillie comme une bénédiction finale du ciel. Deux heures durant, emmitouflés dans nos parkas, en cercle autour d’un bon feu pour faire bouillir la marmite, nous avons échangé nos impressions et fait le bilan de cette semaine exceptionnelle. Malgré le temps, la joie était à son comble : le Christ était là. M’est alors venue à l’esprit la réalité du mystère de l’incarnation du Verbe dans toutes ses dimensions. La traduction liturgique du verset 14 du prologue de saint Jean est un peu édulcorée : « Le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous ». Le verbe hébreu, transcrit par saint Jean en grec, signifie mot à mot : « Il a planté sa tente parmi nous ». C’est dire la proximité de Dieu pour le peuple itinérant que fut Israël dans son histoire : au cœur du campement dans le désert, Dieu vient planter sa tente, signifiée par l’arche d’alliance.
En tirant un peu cette réalité, j’ai proposé aux goumiers qui m’entouraient une traduction plus réaliste encore : « Il a bivouaqué parmi nous ».
 Jésus était là à nos côtés, sous la pluie, et se réchauffait avec nous auprès du feu. Oui, en Jésus, Dieu n’a pas fait semblant et la réalité de l’Incarnation nous invite à être des hommes et des femmes incarnés. C’est l’un des aspects forts de l’expérience goum :

- (re)découverte des potentialités et des faiblesses de notre corps si peu ou si mal sollicité dans notre société contemporaine. L’homme n’est pas que cérébral ; la spiritualité par les pieds (surtout lorsqu’ils nous font mal) vient unifier la totalité des composantes de la personne humaine. La purification physique par l’effort éveille nos sens, leur rend toute leur noblesse et renouvelle notre rapport à soi, aux autres, à Dieu.

- le rapport à la nature au cœur de laquelle, dans la marche quotidienne, nous découvrons les traces du Créateur : splendeur des paysages dans le soleil levant et couchant tout autant que sous la pluie, richesse de la faune et de la flore, qualité du silence permettant presque d’entendre les battements du cœur de Dieu etc.

- attention aux autres dans le partage de ce qui fait le tréfonds de chacun comme de ses misères passagères liées à la marche, à la fatigue, à la faim, etc.

L’homme n’est pas un cul-de-jatte, mais un marcheur, un pèlerin devant l’Éternel. Dieu se fait proche :

- Comme jadis dans le désert où il manifeste sa présence dans la nuée, puis la tente de la rencontre où séjourne l’arche d’alliance, Dieu se fait proche !

- Comme jadis à Bethléem une certaine nuit de Noël, « où il vient bivouaquer parmi nous », Dieu se fait proche !

- Comme jadis sur la route d’Emmaüs où il rejoint deux disciples, Dieu se fait proche du désarroi de l’Homme !

- Comme jadis, aujourd’hui Dieu appelle chacun de nous pour incarner sa puissance (c'est-à-dire son dynamisme) de vie et d’amour et redire aux autres, en leur exprimant concrètement la grandeur de l’Homme, la grandeur de Dieu, la puissance de la vie et la beauté de l’amour, et cela dans les choses les plus humbles : « faire grandement les petites choses », disait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.
ce trésor que vous avez découvert, faites-le découvrir à d’autres jeunes : ils crèvent de faim et de soif, de vrai, de beau, de pureté
Alors, chers amis goumiers, ne tardez pas : ce trésor que vous avez découvert, faites-le découvrir à d’autres jeunes : ils crèvent de faim et de soif, de vrai, de beau, de pureté. Dieu vous envoie vers eux. En son nom, traduisez en acte et en vérité l’un des fondements de la foi chrétienne : « Le Verbe s’est fait chair et Il a bivouaqué parmi nous ».

Padre Olivier Mabille

15 décembre 2010

En Terre-Sainte, au pas des Goums

Pour les anciens, 1979 est une année à marquer d'une pierre blanche. Pour la première fois, nous partions au pas des Goums mettre nos pas dans la terre qui avait accueilli ceux du Christ...

Le Padre André Forest, de San Antimo, aûmonier Goum de la première heure, faisait partie du voyage, comme une quarantaine de Goumiers, répartie en deux raids. Une aventure fondatrice dont plusieurs sont encore nourris aujourd'hui !

Sur le lac de Tibériade, quelques pécheurs d'hommes...

10 décembre 2010

Un jour dans les Corbières...

La sente sinue dans la pinède jusqu'au bijou de pierres suspendu à flanc de coteau entre deux vallées. Nous arrivons à Notre-Dame du Carla, petit sanctuaire perché au-dessus du vide, sur une presqu'île d'arbustes.

Nous arrivons. En réalité, nous anticipons car nous sommes en marche. Plus prosaïquement même, nous additionnons nos pas pour qu'ils nous portent jusqu'au lieu de bivouac. Ce ne sera pas le dernier car il nous faudra encore une journée de marche dans la bruine pour parvenir à Rieunette.

Mais voilà que nous nous projetons déjà dans le futur. Incorrigible esprit humain qui s'acharne à songer à tout ce qui lui semble meilleur, ailleurs ou dans le temps, plutôt qu'à l'instant qu'il vit. Le Père Michel nous l’a fait comprendre au cours d'un topo sur les résolutions que nous prenons en goum et que nous nous hâtons de remettre au lendemain… jusqu'à ce que nous les oubliions.

"Ne prendre qu'une résolution, deux au plus, qui soit faisable, nous enseigne le chanoine qui a inauguré son premier raid par un bain forcé dans une rivière. En outre, la mettre en pratique dès aujourd'hui, dès ce présent que nous vivons."

Nous partons sans montre ; nous vivons dans une durée qui n'est plus chronométrée par de stressantes aiguilles. Le réveil du soleil sonne le nôtre, la fin de la messe et le point topo l'heure du départ. Les secondes prennent la même cadence que nos pas. Sans autre repère que le soleil ou les activités, nous perdons la notion du temps, pour le prendre à la mesure du présent, le seul moment qui nous appartienne et que nous pouvons donc offrir à Dieu. Cela me rappelle cette prière bien connue et ô combien intemporelle :

Vis le jour d’aujourd’hui,
Dieu te le donne, il est à toi.
Vis-le en Lui.
Le jour de demain est à Dieu, il ne t’appartient pas.
Ne porte pas sur demain le souci d’aujourd’hui.
Demain est à Dieu : remets-le-Lui.
Le moment présent est une frêle passerelle :
Si tu le charges de regrets d’hier,
De l’inquiétude de demain,
La passerelle cède et tu perds pied.
Le passé ?
Dieu le pardonne.
L’avenir ?
Dieu le donne.
Vis le jour d’aujourd’hui en communion avec Lui.
Et s’il y a lieu de t’inquiéter pour un être bien-aimé,
Regarde-le dans la lumière du Christ ressuscité.

Ce qui appartient déjà au passé, ce sont ces cinq journées de route dans les collines des Corbières. Les militaires prennent la tête, d'autres le temps de s'arrêter devant le paysage qui diffère de vallée en vallée ; d’autres encore s’attardent pour admirer la cour classique de l'abbaye de Lagrasse où vit notre chanoine. C’est aussi cela, le goum : passer à quelques mètres de son lit bien douillet pour se contenter d'un tapis de sol.

Ce sont les bivouacs où, suivant scrupuleusement les instructions laissées par Jean, nous versons le riz jaune dans la quantité d'eau mesurée au millimètre près par Sandrine ou Yvette. Les ignares diront que le riz jaune n'est qu'un colorant sans goût ; nous avons vérifié : pour un goumier, le riz jaune du soir n'a rien à voir avec le riz blanc du matin ! De même, ce n’est qu’en goum que nous retrouvons toutes les saveurs cachées dans un morceau de sucre...

Après une journée de marche sous le soleil du Midi, nous découvrons en nous de nouveaux ressorts pour improviser une course de natation ou une chorale impromptue menée par Aloÿs et Chantal. Jamais les habitants de Bouisse n'auront entendu un tel « Cantique des trois enfants » à quatre voix !

Le passé, ce sont aussi ces veillées où nous formons un cercle autour du feu, capuches rayées sur la tête. Nous ressemblons sans doute à ces ermites cathares que singent les enfants du village, mi-amusés, mi-effrayés. C'est à la lueur des flammes que nous apprenons à nous connaître grâce à un petit jeu de mémoire préparé par Marc et Marie-Emmanuelle, nos lanceurs. C'est ainsi que Louis sera la Loupiote de notre raid, Héliette l'Hélicoptère qui ramènera au bivouac le Marteau de Manon grâce à la Corde de Clémence. Puis Stéphane nous explique sa vie dans un foyer d'anciens toxicomanes et David son expérience à Point-Cœur.

L'avenir, ce sera dès ce soir Notre-Dame du Carla, demain le passage du Pas de Madame, après-demain le festin que nous préparent les cisterciennes de Rieunette, qui surpassera certainement toutes les recettes ruisselantes de lait et de miel que Laurent égrène au long des journées. Plus tard, notre vie d'études ou de travail reprendra ses droits. Ce ne sera finalement qu'une poursuite de notre route de goumier.

30 novembre 2010

2ème Auberge Goum à St Joseph des Carmes

On ne change pas une équipe qui gagne ;-) Après le succès de la première édition, les Goums parisiens remettent ça et vous convient à la seconde Auberge Goum

le jeudi 16 décembre de 19h30 à 22h00
à l'église Saint-Joseph des Carmes
70 rue de Vaugirard 75006 Paris
Où seront projetées les photos de notre Jubilé de cet été

Sur le principe de l'auberge espagnole, chacun apporte plat ou boisson à partager. S'il n'est pas nécessaire de prévénir de sa venue, un petit mail à webmestre@goums.org facilitera l'organisation de tous.

25 novembre 2010

Dans vos boites aux lettres cette semaine

Le dernier numéro de A La Belle Etoile vient de paraître. Riche de Joie, de photos, de témoignages et de récits de notre Jubilé de cet été. Un numéro (comme tous les autres) à conserver ! Votre abonnement à sans doute pris fin si vous n'avez pas effectué de raid ces deux dernières années. Pour vous réabonner (1 an - 4 numéros - 20 euros) merci de contacter l'équipe de rédaction.

20 novembre 2010

Mais d'où vient notre insigne Goum ?

C'est Michel Menu, bien entendu qui a ébauché les contours de notre bel insigne. A la base, la Croix du Sud qui indique la bonne direction dans les déserts de l'hémisphère sud. Mais aussi la croix de Jérusalem, notre destination finale, et une barre de navire pour piloter notre vie... en liberté !

Mais c'est à Pierre Joubert , dont une magnifique exposition célèbre actuellement à Versailles le centenaire de la naissance (à voir absolument, jusqu'au 12 décembre !), qu'il revient de finaliser les contours de la croix des Goums. Ce bon vieux PJ était décidémment dans tous les bons coups !

15 novembre 2010

Préparons les 40 prochaines années

C'est une équipe de tête au grand complet qui s'était donné rendez-vous ces 13 et 14 novembre, à l'abbaye Notre-Dame d'Ouye, à Dourdan. Bilan de l'année 2010 et du Jubilé, méditation sur la vocation de Lanceur de raid, organisation de l'équipe. Le tout doublé d'une veillée et d'un bivouac à la belle-étoile. Nous voilà armés pour les 40 prochaines années d'Aventure !

13 novembre 2010

Les Goums : oeuvrer humblement à l'unité de la personne humaine

"La vitalité, la créativité, la « puissance » créatrice de la personne humaine est indissociable de son unité. La dispersion physique ou mentale, le papillonnage sentimental, la confusion entre image et réel, désintègrent totalement l’individu. En face d’une pareille épidémie, il n’est pas de salut sans reconstitution des individus dans leur unité. Ce dont notre Europe a le plus besoin, aujourd’hui, c’est d’hommes et de femmes qui aient les pieds sur terre ! De vivants en chair et en os qui, ayant eux-mêmes renoué le contact avec le réel, deviennent des points de repères culturels, des éclaireurs.

Pour renouer contact avec le réel, il faut, mécaniquement parlant, commencer par une rupture totale avec l’abstraction. Avec le culte et la culture de l’image, avec le spectacle. Il nous faut en passer par des actes qui rendent à nos corps leur vérité et leur puissance, à nos esprits leur liberté, à nos appétits surnaturels leur nourriture et à nos relations humaines leur authenticité".

Michel Menu, Toussaint 1991

30 octobre 2010

Le Goum, une parcelle du Royaume de Dieu

Un Goum, osais-je annoncer au seuil de celui que nous venons de vivre, c'est une parcelle du Royaume de Dieu : car, au Ciel, nous retrouverons et nous nous rappellerons tout ce que nous aurons vécu pendant une semaine d'itinérance. A la dure (quoique raisonnablement), dans le dépouillement des faux semblant, appuyés sur la Parole de Dieu, fortifiés par les sacrements d'Eucharistie et de Réconciliation, éveillés à l'écoute intérieure, alertés par les enseignements de l'Eglise et la générosité de nos compagnons de route, rejoints par la simplicité du feu, le silence, la beauté de la Création. JESUS EST LA. Oui, Jésus vit au milieu de nous pendant un Goum. Et cette Vie, c'est déjà le Royaume.

P. Nicolas-Jean, op., été 2008

14 octobre 2010

Appel d'une goumière SDF suite incendie

Chers amis, Gwenaelle, qui a marché avec nous cet été, a perdu ses affaires personnelles et son appartement depuis le week-end dernier, à la suite d'un incendie. Elle recherche activement un appartement pour se loger à Paris et reprendre ses études en école de commerce. Les propositions sont les bienvenues auprès du webmaster. Merci !

12 octobre 2010

De RSM à A La Belle Etoile

Un peu d'histoire... Les Scouts de France en pleine tourmente pédagogique, Michel Menu se joint en 1965, avec ses anciens adjoints aux Raiders, à l’équipe rédactionnelle d’une petite revue Réflexions de Scoutmestres créée par Maurice Travers, qui, opposé aux réformes en cours, vise à poser les bases d'une pédagogie unitaire de plein vent !

Le dernier des 10 numéros de RSM parait en 1968, peu avant le premier raid Goum en 1969. La revue devient alors peu à peu le support de l'Aventure Goum naissante : A la Belle Etoile !

10 octobre 2010

Concours spécial Jubilé

Bravo à Gérard qui, avec 255 inscrits est celui qui se rapproche le plus du nombre d'inscrits officiels à notre Jubilé : 268 à la veillée du samedi soir ! (Même si nous étions sans doute plus nombreux le dimanche au Mont Chabrio). Il recevra prochainement un livre dédicadé de Michel Menu.

Impressions... par le Père Olivier

Au terme de mon ixième goum en 2005, je m’étais juré qu’il serait le dernier ! Comment ne pas remercier ceux qui m’ont appelé à participer au 40ème anniversaire et à Stéphane de m’avoir sollicité pour accompagner son propre raid. Aujourd’hui, je me suis juré, tant que je ne suis pas dans une petite voiture, de poursuivre l’aventure Goum, ne serait-ce que pour entretenir ma santé physique, mentale et spirituelle, mais plus encore pour vivre avec d’autres, particulièrement les jeunes (on l’est jusqu’à 100 ans dans sa tête, si on le veut bien !) l’appel et l’aventure du désert.

Je garde au plus profond de ma tête et de mon cœur la célébration du 40ème anniversaire du trait de génie qui a traversé la pensée de Michel Menu pour entraîner depuis des milliers d’hommes et de femmes en quête de vérité dans cette aventure qu’on l’appelle « la spiritualité par les pieds », ou « l’appel du désert », ou « le désir de vérité ».

Je n’oublierai pas le bivouac commun du samedi soir à Chamberboux, avec les nombreuses délicatesses préparées par l’équipe de tête ; j’ai encore le goût du sirop de menthe donné à chacun à l’arrivée et… des autres aussi (je confesse que je les ai tous goûtés : 1ère expérience d’un péché de gourmandise de sirop !)

Je n’oublierai pas la veillée et ses chants ; la beauté des témoignages, parfois un peu longs, qui voulaient partager l’indicible expérience de chacun vécue autant dans les profondeurs de l’âme que par… les corps aux pieds. Il fut pertinent de les situer dans les différences et les idéologies de chaque décade.

Je n’oublierai pas l’émotion contenue, belle et vraie de chacun, en particulier de Michel, de Roberto.
Vous avez nourri mon espérance de prêtre.
Je n’oublierai pas l’arrivée humble et discrète de Mgr. Benoît Rivière se fondant dans la grande famille des goumiers, comme s’il disait en paraphrasant Saint Augustin : « Pour vous je viens comme évêque, mais parmi vous et avec vous je suis goumier ».

Je n’oublierai pas la messe sur le monde au sommet du Chabriot, devenu pour l’heure comme l’antichambre du Paradis, trait d’union entre le ciel et la terre, nouveau Mont Thabor des Goumiers d’où nous sommes repartis transfigurés pour transfigurer le monde, non plus à la force du poigner, mais par la force de l’Esprit Saint qui nous habite et agit en nous et par nous selon notre humble docilité.

Comme je l’ai dit aux Goumiers de mon raid le dernier soir : « vous avez nourri mon espérance de prêtre » et je pense que tout Padre fut pareillement touché. Si nous devons entraîner d’autres jeunes, c’est aussi vrai pour les prêtres de nos paroisses : qu’ils découvrent la grâce d’accompagner un Goum comme Padre, lui-même Goumier.

Rendez-vous en 2020 pour le jubilé des 50 ans : j’y serai !

6 octobre 2010

Première "Auberge Goum" pour les goumiers parisiens

Nous vous l'avons annoncé dans la toute dernière newsletter : un nouveau rendez-vous arrive pour la petite communauté des Goumiers parisiens. Jeunes ou anciens sont invités à se retrouver tous les 2 mois pour l'Auberge Goums, petit dîner informel et amical, au coeur de Paris. Sur le principe assez simple de l'auberge espagnole, chacun y apporte son sourire et de quoi boire ou manger ! Une belle occasion de donner corps à notre communauté fraternelle.

Première "Auberge Goum"
le jeudi 14 octobre à partir de 19h30
70 rue de Vaugirard 75006 Paris

Les stations de métro les plus proches sont St Placide (L4), Rennes (L12), St Sulpice (L4), Sèvres-Babylone (L10, 12). S'il n'est pas nécessaire de prévénir de sa venue, un petit mail à webmestre@goums.org  facilitera l'organisation de tous.

Raid 2011 : c'est parti !

Lancés au Maroc et en Causses, les deux premiers raids 2011 sont en ligne. La saison est lancée !

29 septembre 2010

Partir !

(D'après Spiritualité des raids Goums dans le désert, Padre Etienne Roze, 1994)

Il faut plus d'un tour de force pour partir ! Régler les derniers problèmes, surtout les plus inattendus, 'caser' les enfants pour ceux qui en ont, attraper la liste des affaires à emporter, bourrer son sac de choses utiles et moins utiles, faire le plein de vide parce que le vide est toujours moins lourd à porter ! Ne pas oublier les horaires de voyage, le lieu de rencontre, embrasser une dernière fois ses proches et puis sauter dans le train... Ouf !

Partir, pour les Goums, c'est avant tout quitter quelqu'un et laisser quelque chose : des personnes que l'on côtoie, des amis que l'on chérit, des ennemis que l'on supporte. Des activités prévues, garanties. Un confort assuré. Le lieu de la vie quotidienne, arfois monotone, routinier. Mais aussi une année d'études achevée par des examens exténuants... "Le Seigneur dit à Abraham : quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père pour le pays que je t'indiquerai. Je ferai de toi un grand peuple et je te bénirai". Abraham partit comme lui avait dt le Seigneur (Genèse 12, 1-4)"

Partir, pour les Goums, c'est changer de milieu. Dans un monde lancé à 100 à l'heure sur les pistes du "travail-à tout-prix" et du profit maximal au mépris de la personne, dans le bruit incessant et dans des villes parfois surpeuplées et agitées, il est assez difficile de se "situer". Une thérapeutique s'impose d'urgence : inverser ses conditions de vie et, au moins une semaine par an, changer de cadre.

"A ces mots, tous dans la synagogue furent remplis de fureur. Et, se levant, ils poussèrent Jésus hors de la ville et le conduisirent jusqu'à un escarpement de la colline pour l'en précipiter. Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin(Luc 4)"

Partir, pour les Goum, c'est se quitter soi-même. Laisser ses amis, un appartement, est encore de l'ordre du possible. Mais soi-même ? La déchirure sera beaucoup plus difficile et plus longue. Car chacun traîne sa carapace derrière lui, à longueur de vie ! Des souvenirs, des attaches secrêtes, des ennuis à n'en plus finir, des préjugés, des faiblesses, des complexes, des apparences que l'on s'invente pour paraître, et surtout des questions angoissantes parce que sans réponse. Ce qui importe, c'est de se quitter tout de suite, tel qu'on est. Car à vouloir être parfait, il y aura toujours une excuse pour ne pas partir. Le désert, la marche, le silence feront le reste. De toutes façons, à la fin il faudra bien tout quitter !

Partir pour les Goums, c'est se convertir. Là encore, il s'agit d'une... Télécharger la totalité du texte en pdf.


28 septembre 2010

Votre abonnement à La Belle Etoile

Votre abonement à A LA BELLE ETOILE a pris fin si vous n'avez pas effectué de raid depuis 2 ans. Vous ne recevrez sans doute pas dans ce cas  le prochain numéro. Pensez à le renouveller dès maintenant (2 ans - 20 euros - 8 numéros) auprès de Christophe Robin en imprimant le bulletin ci-dessous :

8 septembre 2010

Belle année !

Les raids d'été s'achèvent cette semaine... déjà. Belle année et bonne rentrée à tous les Goumiers, dans la lumière de nos 40 ans de jeunesse !

Veillée du Jubilé, Champerboux, 31 juilet 2010

13 août 2010

Audience en forte hausse pour nos sites web

Avec 55.000 pages vues, notre site http://www.goums.org/ a déjà dépassé, au 12 août, le reccord annuel de pages vues qui était de 52 871 pages en 2009. Sans compter les 5000 visites du Blog depuis son lancement au printemps dernier.... Et bientôt la 100.000ème visite depuis le lancement du site... Continuons à partager notre aventure au plus grand nombre !
Fréquentation annuelle de Goums.org (Données au 12.08.2010)

1 août 2010

40 ans, quelle joie !


Près de 300 goumiers de tous âges, étaient réunis ce matin 1er aout,
sur le Mont Chabrio, autour de Mgr benoit Rivière.

30 juillet 2010

Un Padre fondateur, le Père Rimaud

En ce 40ème anniversaire, comment ne pas évoquer la grande figure du Père Jean Rimaud ?
Compagnon de route de Michel Menu lors de ces années à la tête de la branche éclaireur des Scouts de France dans les années 50, aumonier des raiders scouts, ce Père Jésuite a, dans la lignée des Pères Sevin et Doncoeur, consacré sa vie à l'éducation des jeunes, lui consacrant notamment plusieurs ouvrages, comme "Education, direction de la croissance".
C'est tout naturellement qu'au début des années 70 et malgré son âge, il rejoint régulièrement Michel et ses premiers goumiers sur le Causse.
Ses livres se retrouvent parfois encore  chez quelques bouquinistes avertis. Tout comme celui que Michel Menu lui a consacré : "En marchant avec le Père Rimaud".

29 juillet 2010

27 juillet 2010

1970 - 2010 : 40 ANS DE LIBERTE !

Nous y sommes. Samedi et dimanche prochain convergeront vers Champerboux quelque 300 goumiers, pour célébrer dans la joie nos 40 ans de raid au désert. Un événement à revivre en images sur ce blog d'ici quelques jours. Belle aventure et beaux raids d'été à tous..

LES GOUMS à réécouter sur RADIO-NOTRE-DAME

A l'occasion des 40 ans, Elodie Chapelle recevait dans son émission FOCUS du lundi 26 juillet au matin, le responsable des Goums pour la France. Un entretien à réécouter sur le site de RND.

22 juillet 2010

Les Goums à la Une de PARIS NOTRE DAME

L'hebdomadaire Paris Notre Dame consacre la Une de son numéro du 22 juillet à notre aventure. Le sommaire est a consulter ici. Le numéro à commander ici.

12 juillet 2010

L'autre homme qui plantait des arbres

Les habitués de nos raids et de l'histoire d'Elzear Bouffier, contée par Giono, ne seront pas dépaysés en lisant celle-ci : celle de Rahim Demirbas qui depuis plus de 20 ans, a planté plus de 100 espèces d'arbres dans le sud du plateau anatolien !

Merci à Colombe, qui nous envoie cette histoire, à lire (en anglais) ici

6 juillet 2010

1969... un premier raid en Vercors

Ils ne s'étaient pas encore choisi le nom de Goums, ne portaient pas la djellaba, avaient emporté poules et victuailles en tous genres... mais il sont pourtant partis à quelques uns, pour un raid en ligne droite dans un endroit sauvage : en plein Vercors ! De ce premier raid fondateur est né, l'année suivante, l'aventure des Goums !

2 juillet 2010

Les Goums sur France 2

Avant d'éteindre vos postes de TV pour 2 mois de repos médiatique, si vous faisiez un petit détour par FRANCE 2 ce dimanche 4 juillet à 10h29 ? DOCUMENTAIRE : "Je marche donc je suis" de Carine Poidatz. Ce premier film est une réflexion sur le sens de la marche et une introduction aux trois autres documentaires sur Compostelle comme chemin de pèlerinage. La marche, activité physique, est de moins en moins pratiquée alors que la randonnée pédestre connaît un regain d'intérêt. Pourquoi ? Qu'est-ce que la marche nous apprend que la voiture, le train ou l'avion ne peuvent nous faire découvrir ? Comment ce déplacement physique opère-t-il du même coup un déplacement intérieur ? Qu'est-ce que la marche nous fait vivre comme expérience humaine et spirituelle ?

ADDENDUM DU 4 JUILLET : Voir la rediffusion et le passage consacré aux Goums, avec témoignage de Michel Menu, à partir de 14'30 sur le site de l'émission en cliquant ici

1 juillet 2010

Témoignage - Thibault, 23 ans, élève ingénieur

Pourquoi as-tu pris la décision de faire un Goum l'été dernier ? Quelle était ta démarche ?


J'avais déjà fait un Goum juste avant d'entrer en école d'ingénieur, j'avais adoré et je m'étais promis de repartir. J'y suis donc allé deux ans plus tard quand l'opportunité s'est présentée (c'est à dire une semaine de libre pendant l'été !)

Qu'y as-tu découvert ? Quels ont été les fruits de cette expérience pour toi ?

J'ai découvert que deux Goums différents sont en même temps très semblables et totalement différents. La vie au jour le jour varie beaucoup en fonction du lanceur, les homélies en fonction du prêtre, la difficulté en fonction de l'itinéraire et de la période de l'année... Les rencontres que l'on fait sont toujours aussi surprenantes et intéressantes. Je pense que j'ai compris un peu plus de choses sur la nature du Goum et ce qui fait son originalité : c’est une communauté d'adultes, et l’on accueille chacun avec ce qu'il veut apporter. Personne n'ira forcer quelqu'un à tout nous raconter sur sa vie. En revanche dès que l'on a quelque chose à confier à quelqu'un, on trouve tout de suite une oreille pour le recevoir.

Tu as fait des études d'ingénieur. A ton avis, que peux apporter l'aventure Goum aux jeunes qui se préparent à ces métiers ?

Un Goum nous remet les idées en place. Je travaille dans l'informatique, donc je passe mes journées et mes soirées sur mon ordinateur (pour le travail ou le loisir). Cela fait beaucoup de bien de se retrouver en pleine nature sans aucun des petits gadgets électroniques dont on a tendance à s'entourer dans la vie "normale". Et d'un point de vue humain, c'est une formidable école de relations humaines. Dans chaque Goum, on trouve des personnes très différentes de nous, par l'âge, l'éducation, la manière de vivre : on doit vivre en communauté avec elles pendant une semaine. Et finalement, c'est juste un condensé de ce que l'on doit faire en entreprise. J'avais déjà vécu cela dans le scoutisme, mais en Goum, on rajoute la différence d'âge qui joue un grand rôle. Et l’on apprend à accueillir la merveille qu'il y a en chacun en laissant de coté les choses qui nous dérangent chez cette personne.

29 juin 2010

Jubilé, Jubiler, Jubilons !, par le Padre Olivier Mabille

Nous voici tous invités à « Jubiler » pour le 40ème anniversaire de l’invention géniale des Goums par Michel Menu. Nul doute que l’Esprit Saint y est pour quelque chose, signe qu’Il travaille les âmes justes lorsqu’elles se livrent à l’amour dans le silence et l’espace de liberté offert par le Désert qu’il soit dans les Causses ou ailleurs.

Mais au juste qu’est-ce qu’un « Jubilé » ?

Du point de vue biblique, c’est d’abord une solennité publique. Chez les Juifs, il se célébrait de cinquante en cinquante ans, amenait la rémission de toutes les dettes, la restitution de tous les héritages aux anciens propriétaires, la redistribution des terres et la mise en liberté de tous les esclaves.

Dans la vie des hommes c’est une fête célébrée au bout de cinquante ans d'exercice d'une fonction, au bout de cinquante ans de mariage, d’ordination pour un prêtre ou d’une profession religieuse ou monastique.

Alors je suis, en la circonstance, bien ennuyé puisque cet été nous allons célébrer les Jubilés des 40 ans des Goums, expression donc impropre !

Les années jubilaires proclamées par les papes dans l’histoire de l’Eglise vont nous sauver de la situation : le jubilé fut établi en 1300 par Boniface VIII, et ne se célébrait d'abord que de cent en cent ans ; Clément VI le réduisit à cinquante, Urbain VI à trente-trois ans et Sixte IV à vingt-cinq. Dans la religion catholique, tout jubilé ouvre à l’indulgence plénière, solennelle et générale, accordée par le pape en certains temps et en certaines occasions, avec une réflexion plus particulière sur les besoins de l’Eglise, en un temps donné et qu'il est universel. Ouf, nous voici rassurés : 100 ans ou 50 ans ou 33 ans ou 25 ans ; alors pourquoi pas 40 ans : les Goums ont le droit de marquer les 40 ans si magnifiquement justifié par Roberto. Nous avons tellement le désir de « Jubiler » !

Parce que chacun de nous a dans sa vie des seuils à franchir, qui nécessitent un temps de réflexion avant de s’engager, un temps où l’on se donne les moyens de se mettre à l'écart pour « ré-habiter » la beauté, la plénitude et le sens de notre humanité ; il fait le choix d’un Goum : c’est en quelque sorte une réponse à ce que Dieu propose à chacun. Chaque année, faire le choix de partir, de marcher une semaine, de dormir à la belle étoile, de cuisiner sur un feu de bois, de traverser la Jonte, la Dourbie ou le Tarn pour se laver, d’éprouver la fatigue et la soif, mais sans contrainte de toute sorte, sans autre impératif que d'avancer pas à pas à la recherche de Dieu, à la redécouverte de soi-même, à la contemplation de la Création dans la beauté de la nature et du regard de l’autre. Nous y vivons le mystère de l’incarnation : « une âme saine dans un corps sain » L'aventure dépasse les attentes de chacun parce que le Goum répond au besoin d'exister, en personne, en puissance, en beauté et en liberté !
Pour les « Goumiers » d’hier et d’aujourd’hui, le nouveau seuil à franchir réside dans le défi de doubler, de tripler les raids non pour le plaisir de faire du chiffre et d’en tirer vain orgueil mais pour sauver l’humanité de tant de jeunes qui cherchent leur espace de liberté pour donner le meilleur d’eux-mêmes
Si tout jubilé est une action de grâce présente pour la richesse passée, il devient intercession présente pour accueillir l’ « à-venir » que Dieu propose.
Le dictionnaire en donne deux synonymes : exulter et triompher. Dans cette marche au long cours que représente un Goum, nous laissons Dieu « triompher » en nous du mal qui rode et Dieu Jubile ; quant à nous, dans la célébration jubilaire du dimanche 1er août, nous « exulterons » pour tous les bienfaits reçus de Dieu depuis 40 ans dans cette expérience inédite qui vaut bien un « Jubilé »

28 juin 2010

Raids d'été : c'est parti !

Avec l'achèvement du raid de Jean-François ce week-end s'est ouverte la saison estivale des raids 2010. Elle culminera cet été avec notre grand rassemblement sur le Sauveterre, les 31 juillet et 1er août prochains. Bonne marche à tous, au pas lent et régulier des Goums !

10 juin 2010

JUBILE DE JUILLET : INSCRIPTIONS IMMEDIATES !

Goumiers d'un raid ou de toujours, votre inscription en bonne et due forme au jubilé du 31.07 et 01.08 est attendue sans délai : Cliquez ici !

1 juin 2010

Pourquoi nos raids font-ils toujours 7 jours pleins ?

Bien des formules ont été tentées depuis 40 ans... sans jamais égaler la richesse de nos raids de 7 jours. Des raids de 4 à 6 jours ne laissent pas le temps à la marche de faire son travail ni de rencontrer l'autre en vérité. Et que dire de la magie qui s'opère au matin du 5ème jour et pour les jours restants, quand tout semble allez de soi... ou presque.

Oui, il faut sept jours ! Sept jours pleins pour profiter à fond des bienfaits d'un raid Goum : 3 jours au moins pour remettre son corps en marche, 2 jours encore pour êtyre réceptif au BEAU qui nous entoure, 2 jours enfin pour rencontrer son prochain et... Celui qui nous a appelé au désert !

31 mai 2010

Michel, aux jeunes, le 30 mai : "La clé, c'est la pauvreté"

Quand Michel Menu se déplace en personne pour délivrer son message d'espérance aux jeunes, on l'écoute avec émotion ! Nous étions une cinquantaine ( 45 selon la police...) ce dimanche soir, pour le recevoir et lui poser nos questions sur l'aventure Goum : de jeunes candidats au raid, de jeunes Goumiers ; mais aussi quelques uns de ses anciens scouts et des Goumiers plus... expérimentés !

"Combien aujourd'hui vivent une expérience de 8 jours en autonomie complète ?" l'inventeur des raids Goums a-t-il demandé ? ". Huit jours de raid, c'est long, en effet, mais nécessaire pour en découvrir ses richesses !
C'est écrit dans l'Evangile : la clé, c'est la pauvreté !
Plus concis à 95 ans que par le passé, le message de Michel va à l'essentiel. A ceux qui lui demandent le comment et le pourquoi, le programme de la journée et le menu du dîner, Michel adresse la même réponse : la clé de voute de la méthode Goum c'est la pauvreté. Marche au long cours, jeûne, service des autres : tout le reste en découle !
A 20h30, portés par les vastes étendues projetées sur le grand mur blanc, nous avons regagné nos maisons avec le vif espoir de partir... bientôt !

27 mai 2010

Raids Goums : Les 4 piliers de la méthode !

  1. Pleine santé du corps, par la marche au long cours à raison de 6 à 8h par jour...
  2. Liberté de l'Esprit, par le dépouillement et le silence des grands espaces...
  3. Foi rayonnante, par la méditation et l'Eucharistie quotidienne...
  4. Relations fraternelles, par le service des autres en petites tribus de 15 ou 20...
Ajoutez-y un style Goum bien trempé et un Lanceur digne de ce nom : le jeu en vaut la chandelle !

26 mai 2010

Soirée témoignage avec Michel MENU au Chesnay le 30 mai : J-2

La nouvelle a été relayée sur plusieurs sites web et nous serons nombreux je l'espère, le 30 mai prochain à 19h00 pour écouter cette belle invitation au raid et au désert !

15 mai 2010

Marie, 23 ans, étudiante en médecine

Marie, pourquoi as-tu pris la décision de faire un Goum l'été dernier ? Quelle était ta démarche ?


J’ai décidé de faire un Goum pour plusieurs raisons…La première étant que j’étais très curieuse de découvrir cette aventure qui m’attirait et me questionnait à la fois, d’autant plus que j’avais eu de nombreux témoignages d’amis qui y avaient chacun trouvé une petite pépite de bonheur (qui d’ailleurs se lisait dans leurs yeux quand ils en parlaient!). Ensuite, j’avais vécu quelque chose de difficile l’année précédente, et je sentais que marcher avec Dieu pendant une semaine dans le désert m’aiderait à me libérer de ce poids sur le cœur qui me faisait faire du sur-place dans ma vie à ce moment. Enfin, j’allais attaquer une année difficile et cruciale pour mes études, et je comptais profiter de cette expérience pour faire le vide dans ma tête et me concentrer sur l’essentiel, afin de m’aider à attaquer cette année de travail avec un esprit serein et fortifié.

Qu'y as-tu découvert ? Quels ont été les fruits de cette expérience pour toi ?

Les fruits de ce Goum furent nombreux et en même temps se rattachent pour la plupart à ce mot : la paix du cœur.
La marche, la pauvreté, le silence, la prière, la fraternité, la simplicité, tout cela a comblé en mon esprit toujours torturé et agité une soif de paix, tel que je ne l’avais jamais expérimenté avant.
Je savais que Dieu m’attendait à ce Goum pour me combler, mais je ne pensais pas qu’il saurait aussi bien répondre au désir profond de mon cœur ! On peut aussi y ajouter les amitiés profondes et vraies qui se sont créées, sans artifices ni maquillage, car dans le désert on est vraiment soi même et on ne joue pas avec le regard des autres…Les superbes paysages de cette sauvage région des Causses furent aussi pour moi un régal dont je ne me suis jamais lassée, et qui m’ont beaucoup aidé à prier et faire le vide en moi.

Tu es étudiante en Médecine. A ton avis, que peux apporter l'aventure Goum aux jeunes qui se préparent à ces métiers ?

Je pense que faire un Goum quand on est étudiant en médecine est une expérience fantastique, car ce sont des études difficiles, tant par le travail à fournir que par la détresse humaine que l’on peut rencontrer à l’hôpital. Marcher dans le désert qui est un véritable lieu de ressourcement où l’on peut confier nos études et les malades que nous côtoyons chaque jour au Seigneur. Pour ma part, l’expérience du Goum m’a portée pendant toute l’année, car quand j’étouffais dans mes livres ou me sentais impuissante devant un malade,
il me suffisait de fermer les yeux et de me replonger dans le désert des Causses pour retrouver la paix du cœur et l’espérance.
Par ailleurs, le Goum est une bonne occasion pour venir en aide à ses frères en soignant ampoules et petites plaies en tous genres !

14 mai 2010

Des cartes à la carte pour nos raids, avec l'IGN

Certains l'ont-il testé ce nouveau service de l'IGN ? ce service "Carte à la Carte", permet de personnaliser nos cartes de raid, en choisissant la zone géographique, l'échelle (1/15.000ème à 1/30.000ème), et même le nom et la photo de couverture ! Un peu plus cher qu'une carte TOP 25 normale, il est possible, pour certains de nos itinéraires, de faire tenir tout le parcours sur 2 cartes seulement. Soit une solution plus pratique et aussi économique que d'acquérir pargois jusqu'à 4 cartes TOP25. Goumiers et Lanceurs qui l'avez essayé, nous attendons votre retour d'expérience !

Ce service est disponible ici

13 mai 2010

5000 km à pied, de Quebec à Mexico !

Le 21 mai prochain, Anne-Marie MICHEL, habituée de nos déserts, partira pour un périple à pieds, de Quebec à Notre-Dame de Guadalupe, au Mexique : 5000 kilomètres ! Pour encourager et soutenir son "Américan way for life", suivez son aventure sur son blog : http://quebecmexico.over-blog.com/

12 mai 2010

Dis Papa, c'est quoi un Goum ?

- C'est une randonnée ?
- Euh non...
- Une retraite ?
- Non plus...
- Un treck dans le désert alors ?
- Rien à voir !
- Ah, je sais, un pélerinage !
- Que neni !
- Une marche commando ?
- Négatif !
- C'est quoi alors ??? Un stage UCPA ? Une colonie de vacances ? Un mouvement de jeunes ? Des pélerins de Compostelle ? Une marche écolo dans le Larzac ?
Depuis 40 ans, sous toutes les latitudes... Un Goum... c'est un Goum ! Pour le découvrir et embarquer avec nous, cliquez sur Uncle M !

6 mai 2010

Jubilé des Goums des 31/7 et 01/8 : inscrivez-vous maintenant !

Facilitez le travail de l'Equipe de tête en vous inscrivant dès maintenant au rassemblement de cet été, les samedi 31/7 et dimanche 01/8, sur le Causse de Sauveterre. Téléchargez le bulletin d'inscription ici.

5 mai 2010

Grande réunion info au Chesnay(78), avec Michel Menu, le dimanche 30 mai à 19h

Bloquez la date : grande soirée témoignage-diapo à la paroisse Saint-Antoine du Chesnay, le dimanche 30 mai, de 19h à 20h30, en présence de Michel Menu, fondateur des Goums. Rendez-vous à la salle Notre-Dame de Fatima après la messe de 18h.

La page du site de Saint-Antoine consacrée à cette soirée : http://paroisselechesnay.com/Les-Goums-40-ans-d-aventure-au.html

3 mai 2010

Réunion info à Vannes (56) et à Toulouse, ce mardi 4 mai !

A VANNES : rendez-vous à 17h15 au Centre de Formation Pédagogique Saint Yves, le Vincin, 56610 ARRADON ! Présentation du nouveau diaporama des Goums suivie de la messe et d’un repas.
A TOULOUSE : 23 bis rue Valade. Messe à 19h, Repas à 20h, Diapo et témoignage à 21h

30 avril 2010

Témoignage : Pêcheurs d'hommes !

J'ai découvert les raid-goums en 1998 à un moment de ma vie où j'avais besoin d'un temps de recul avant de reprendre ma route autrement!

Chacun de nous a dans sa vie des seuils à franchir, qui nécessitent un temps de réflexion avant de s’engager. Se donner les moyens de se mettre à l'écart, ré-habiter notre humanité, sont en quelque sorte déjà une réponse à ce que Dieu propose à chacun.
D'emblée, à l'idée de partir, de marcher une semaine, de dormir à la belle étoile, cuisiner sur feu de bois, sans contrainte ni matériel, ni horaire, sans autre impératif que d'avancer pas à pas, m'avait enthousiasmée! Tous les ingrédients étaient rassemblés pour faire un plat succulent, à déguster dès l'instant présent et de quoi se nourrir longtemps après! J'étais loin de me douter que l'aventure dépasserait mes attentes, et que les Goums répondraient à un certain besoin d'exister, en personne, en puissance et en liberté ! Car ce besoin d'exister est souvent malmené dans notre civilisation actuelle, qui donne de moins en moins de sens à la vie humaine. Certes, l’homme n’a pas changé, c’est son environnement qui a changé. Les Goums sont un lieu où l'on peut restaurer toutes les composantes de notre être, et découvrir les richesses qui sommeillent en nous et comment les faire fructifier.
Et comme nous ne sommes pas naturellement bâtis pour vivre en solitaire, partir à 18 ou 20, ne gâche rien!
C'est assez fabuleux de voir au fil des jours qui passent, combien les visages s'épanouissent, simples reflets des cœurs qui s'ouvrent!
 La vie en groupe favorise le don de soi, l'attention aux autres, tout dépassement enrichit! 7 jours ne sont pas de trop, parce qu’il faut bien 3 jours pour se dépouiller de tout ce qui encombre notre vie, suivis d'une journée qui assez souvent est une transition entre les deux grandes étapes du Goum, enfin 3 jours pour savourer pleinement ce que nous découvrons de nous-mêmes.
La 1ère fois que je suis partie, je n'avais pas posé trop de questions, l'appel de la route ne demandait pas plus! Je n'avais pas idée qu'en France existaient de tels lieux si proches du désert, lieu où le regard porte loin : je vois d’où je viens et je vois où je vais.
En raid, nous adoptons l’esprit de pauvreté en nous délaissant du superflu parce que le manque est un révélateur de l’essentiel et nous sommes toujours accompagnés par un prêtre, parce qu’il nous permet de mettre nos pas dans ceux du Christ.

En raid, nous ne faisons finalement pas grand-chose :
une journée en Goum, c’est une vie simple, au rythme du soleil, de la pluie et des étoiles :
Levés avant l’aurore, nous partageons un petit déjeuner. Quand le bivouac est rangé, nous prenons un temps pour méditer un passage d’Evangile, puis nous nous retrouvons pour célébrer l’eucharistie sur un autel construit la veille. Elle nourrira notre marche tout au long de la journée. Nous partons ensuite pour une marche de 6-7h par petits groupes de 2 ou 3, parfois seul. Les premiers arrivés à l’étape, dressent le bivouac, quand tout le monde est arrivé, nous dînons tous ensemble, puis nous prolongeons nos échanges d’une courte veillée, avant de nous coucher à la belle étoile.

Pour finir, je terminerai par une explication de notre mot "Goum" : un très vieux nom moyen-oriental, qui signifie... peuple qui se lève! Un mot adopté depuis 1970 pour signifier notre goût de l'aventure vraie et singulière, notre liberté vécue, partagée et communiquée, notre soif de sens et d'unité ! L’été prochain, nous fêterons 40 ans de marches au désert, notre regard tourné vers les 40 ans à venir ! Plus on marche, plus le désir d'aller encore plus loin se fait pressant!
Après quelques raids, certains poursuivent en proposant l'aventure à d'autres. Car quand on a eu la joie d'en voir des fruits, comment pourrait-on s'arrêter en si bon chemin?
Partir en Goum, c'est un moyen parmi d'autres pour avancer vers Celui qui ne cesse de nous attendre!

Gwenola

15 avril 2010

Jubilé de juillet... ça se précise

C'est finalement le Sauveterre qui nous accueillera les 31 juillet et 1er août prochain pour notre Jubilé ! Trois façons pour tous les Goumiers de s'y associer :
  1. Prendre part à un raid au cours de la dernière semaine de juillet ou de la 1ère semaine d'août
  2. Nous rejoindre pour le WE et prendre part à un "mini-raid" de 24h
  3. Formule réduite, en nous rejoignant le samedi après-midi seulement pour le dîner, la veillée et/ou la messe du lendemain.
Modalités d'inscriptions à suivre ! Mais vous pouvez vous faire connaître dès à présent auprès de l' Equipe de tête

5 avril 2010

Raids 2010... c'est parti !

Avec le départ du raid de Jean, aujourd'hui 5 avril en Causses, s'est ouverte la saison des raids 2010. Il sera suivi de 4 autres raids en avril : en Navarre espagnole avec François, au Maroc avec Alain et en Corse avec Dominque-Jean. Beaux raids à tous, dans la Lumière de Pâques !

1 avril 2010

Une petite ballade au Gargo ?

Pour vous mettre en appétit, envie d'un petit voyage au Mont Gargo, notre sommet bien aimé ? Quelques photos (un peu grises) de randonnée à voir sur le site de lozère-online !

26 mars 2010

Printemps - été 2010 : déjà près de 20 raids !

Près de 20 raids sont d'ores et déjà annoncés pour les vacances de Pâques et d'été 2010. En cette année du Jubilé des Goums. Pour être certain d'y trouver votre place et faciliter la préparation des lanceurs, ne tardez pas à vous inscrire !

Voir les raids 2010

23 mars 2010

Soirée info goum en Bretagne du 27/4 reportée au 4 mai

Le nouveau diaporama des Goums sera présenté à la Catho de Vannes le 4 ou le 18 mai 2010. La présentation du DVD sera suivie de la messe et d’un repas. CONFIRMATION DANS LES PROCHAINS JOURS.
Contact : goum.bzh@free.fr

4 mars 2010

Soirée info goum à Toulouse le 4 mai

La première soirée info 2010 est annoncée pour le 4 mai prochain à Toulouse. Elle se tiendra au 23 Bis rue Valade 31 100 Toulouse. Au programme :
  • 19h00 : Eucharistie
  • 20h00 : Repas
  • 21h00 : Diaporama et témoignages

9 février 2010

"Dans le désert coule une source" : 4 conférences de Carême à Saint-Joseph des Carmes

A l'initiative du Padre Emmanuel COQUET, 4 conférences de Carême autour du thème du désert sont organisées en l’église Saint Joseph des Carmes. Destinées aux jeunes, ces conférences de Carême veulent permettre un renouvellement spirituel tout au long de cette marche vers la Passion et la Résurrection du Christ.

Entrée par le 21 rue d’Assas ; 75006 ParisMétro St Placide (L4), Rennes (L12) ; Sèvre Babylone (L10).
- Le 18 février à 20h : Le désert, lieu biblique singulier par le père Michel Gueguen, bibliste
- Le 11 mars à 20h : Dans le désert, voir par le père Michel Brière, aumônier des Beaux-Arts
- Le 18 mars à 20h : Désert et désirs par le père Philippe Bordeyne, théologien moraliste
- Le 25 mars à 20h : Le désert comme expérience de prière,par le frère Olivier Rousseau, frère provincial des Carmes déchaux
Les Goums s'associent avec joie à ces conférences et vous invitent nombreux à venir méditer sur le thème du désert qui nous est si cher ! Plus d'informations en cliquant ici

3 février 2010

Une bougie de plus


Joyeux anniversaire Michel ! Merci pour ces belles années passées... et pour celles qui arrivent ! Goumiers... Go !

25 janvier 2010

Les Causses classés à l'Unesco ?

Le saviez-vous ? Ardèche, Aveyron, Gard, Hérault et Lozère : cinq départements sont rassemblés, depuis 2005, au sein de l'Association de Valorisation des Espaces des Causses et Cévennes (AVECC), pour porter leur candidature à l'inscription de ces sites sur la liste du patrimoine mondialde l'Unesco. Ce au titre des paysages "culturels, vivants et évolutifs". Nous sommes convaincus depuis 40 ans du caractère exceptionnel de notre désert des Causses ! Espérons néanmoins que l'Unesco de viendra pas trop baliser nos sentiers buissonniers... !
Source : http://www.causses-et-cevennes.com

20 janvier 2010

L'Equipe de tête prépare le Jubilé

Réunie à Versailles les 16 et 17 janvier, autour du Vieux goumier Roberto et de Stéphane, une solide trentaine de lanceurs se sont réunis, avec l'Equipe de tête, pour préparer notre jubilé du 31 juillet et 1er août 2010. Les 40 ans des Goums : un événement à suivre sur ce blog tout au long de cette année !

18 janvier 2010

JUBILE : 40 ans de raid au désert !

De l'été 2009 à l'été 2010 s'écoule donc une année jubilaire que les Goums célèbrent dans la joie et l'Espérance ! Si les pionniers de notre aventure se sont embarqués avec poules, armes et bagages, pour le Vercors, en 1969, le premier raid goum normalement constitué fut quant à lui lancé en 1970. En 2010, après quelque 15000 goumiers inscrits dans quelque 1600 raids, les goums poursuivent leur route... paisiblement.

Lancement du blog officiel des Goums

Bienvenue à bord du blog officiel des Goums ! Complément indispensable du site web lancé en... décembre 1999 (déjà !), ce blog sera le fil rouge de notre aventure goums sur la toile avec nos photos, conférences, témoignages et autre actualité de nos déserts.
Il sera également le moyen parfait pour vivre les 40 ans de notre aventure que nous célébrons en 2010 !

1 janvier 2010

D'où vient le mot "Goum" ?

Que signifie le mot Goum ?
Les premiers qui, en 1970, ont tenté cette expérience du désert... se sont appelés "GOUMS", comme d'autres s'appelaient "Nouvelles Frontières" ou "Club des 4 vents" ; parce que c'était un nom qui leur plaisait.

Goum : un très vieux nom moyen-oriental, qui signifie... tribu libre, petit groupe, indépendance ! Indépendance pour se mettre en marche et répondre... à l'appel d'en Haut ! Pour les Goums, le désert n'est pas un simple objet de curiosité ou une occasion d'aventure plus ou moins pittoresque. Le désert, pour eux, est un lieu... sacré. Ils y vivent sans artifices... comme des bédouins. Avec la pauvreté, la marche au long cours, la solidarité, et les bivouacs à la belle étoile... Ils en découvrent les pistes austères... et les sommets !

Un mot qui partage la même origine sémantique que la parole du Christ : Talita Kum ! Lève-toi et marche ! Un mot que nous avons adopté depuis 1970 pour signifier notre goût de l'aventure vraie et singulière, notre liberté vécue, partagée et communiquée, notre soif de sens et d'unité !